banner
Maison / Nouvelles / Histoire des armes à feu : Walther P 38 et Smith & Wesson Model 39 ont jeté les bases de l'autonomie moderne
Nouvelles

Histoire des armes à feu : Walther P 38 et Smith & Wesson Model 39 ont jeté les bases de l'autonomie moderne

Jun 15, 2023Jun 15, 2023

Dans les années 1960, les pistolets Browning de 6,35 mm (alias .25 ACP) étaient déjà considérés comme des armes de poing d'autodéfense sérieuses, et les pistolets Browning de 7,65 mm (alias .32 ACP) étaient même considérés comme des armes de service à part entière pour les forces de l'ordre. Les pistolets 9 mm, en revanche, étaient considérés comme des pistolets militaires – au mieux comme équipement pour la police anti-émeute ou les équipes SWAT de l’époque. Pour les utilisateurs privés, ils semblaient surdimensionnés à tous égards. Néanmoins, il y avait aussi des civils qui comptaient sur le puissant calibre pour se défendre et, grâce au mécanisme de déclenchement, sur une capacité de tir rapide : des pistolets à double action/simple action comme le Smith & Wesson Model 39 et le Walther P38.

Vous connaissez probablement la scène du film : un homme plus âgé, généralement appelé Q, entre dans la pièce et explique à l'agent double O James Bond les avantages de son nouveau pistolet de service : unWaltherPPK en calibre 7,65 mm. Dans les aventures suivantes, il devient le fidèle compagnon du héros de cinéma, sa marque de fabrique, pour ainsi dire, à laquelle même ses adversaires le reconnaissent. "Il n'y a qu'un seul homme qui porte un Walther PPK", ont-ils même déclaré, dans une exagération cinématographique. En réalité,ce pistolet élégant était alors sur le marché depuis plus de trente ans, accompagnant les forces de l'ordre, les soldats et les agents de sécurité.– En Allemagne, mais aussi à l’étranger, où les premières livraisons ont eu lieu dès les années 1930.

Le point fort de ce pistolet agréable était sa gâchette à double action. Proposé pour la première fois en 1929 avec le Walther PP, le modèle grande sœur du PPK, dans un pistolet à chargement automatique à succès commercial, ila permis à l'arme d'être immédiatement prête à tirer tout en étant sûre à utiliser. « Semblable à un revolver », comme on l'appelait affectueusement dans les cours de formation – et comme les examinateurs aimaient entendre cela. Le calibre Browning commun de 7,65 mm ne faisait aucun doute quant à son utilisation prévue. Il était parfaitement capable d'arrêter un contrevenant en fuite d'une balle dans la jambe, ou d'arrêter un attaquant d'une balle dans la poitrine. Il a été prouvé des milliers de fois à quel point une balle d'un Walther PPK pouvait être mortelle, ou on pourrait simplement croire à la déclaration de l'armurier mentionné ci-dessus Q : "... comme une brique dans une vitre !" Chez Walther, l'idée de la gâchette à double action – capacité de tir immédiate combinée à un port de l'arme en toute sécurité – a également été transférée au nouveau pistolet militaire destiné à être développé pour la Wehrmacht du Reich allemand.Le P38 a été le premier pistolet de service du puissant calibre Parabellum de 9 mm à être disponible avec la même option sûre de disponibilité immédiate au tir.Une idée qui a été une réussite.Environ 1,3 million de P38 ont été livrés à la Wehrmacht.Les forces armées allemandes, la police fédérale des frontières et la police anti-émeute des Länder allemands se sont également appuyées sur le modèle d'après-guerre avec un cadre en aluminium.

L'idée d'équiper un pistolet à chargement automatique en Parabellum 9 mm à double action et à cadre en aluminium a également été saluée ailleurs dans le monde : chez le fabricant américain d'armes à feu Smith & Wesson à Springfield, Massachusetts. Dans la conception de base de leur arme,S&W a suivi le célèbre pistolet Colt M1911 A1 de l'armée américaineen calibre .45 ACP.La double action, la sécurité manuelle et la fonction de désarmement associée étaient basées sur le P38 de Walther. L'armurier américain était également heureux de reprendre une autre idée : fabriquer le cadre du nouveau pistolet en aluminium. Dès les années 1930, Walther proposait sur demande le matériel pour les petits pistolets PP et PPK. Il y aurait également eu des tentatives avec le P38 pour la Wehrmacht. Cependant, la poignée en aluminium P38 n'a été produite en série qu'en République fédérale d'Allemagne – en tant que standard, car le cadre en acier est désormais resté une rare exception.

Avec son Modèle 39,en développement depuis 1949,